Jules RENARD

Copyright Cillica/BnF

Né à Châlons-du-Maine (Mayenne) le 22 février 1864 et mort le 22 mai 1910 à Paris, Pierre-Jules RENARD, dit Jules RENARD est un écrivain et auteur dramatique français.
Il a été maire de Chitry-les-Mines de 1904 à sa mort.

Nivernais

> Le flottage <

« Sur le pont, regarder le flottage des bûches qui se poursuivent et s’entrechoquent, et paraissent vraiment animées. C’est une foule de bêtes vivantes et bizarres de simplicité ; ni tête, ni membres. Elles culbrent au bas du moulin, et descendent, d’une allure rapide, aussi loin que va la rivière, qui n’a plus l’air de couler. Les bûches ruisselantes glissent, marchent ou bondissent sur elle. Quelques-unes, lasses, se séparent du troupeau et se retirent dans un coin d’eau dormante où elles s’immobilisent peu à peu. D’autres se noient. Et les poissons, que cette invasion effare, se collent contre les bords, sous l’épervier.

(…)

Elles arrivent de Château-Chinon et vont à Clamecy. On les jette à Château-Chinon le matin. Elle arrivent à Chitry vers quatre heures, selon la force du courant, à Clamecy, vers dix heures du soir. Assis au moulin, Bouliche, armé de son croc, les attend et les surveille. Il les surveille jusqu’à Marigny. Il ne faut pas qu’elles s’arrêtent à quelque fond où la rivière manquerait d’eau ; elles feraient obstruction, le flot de bois serait immobilisé, et la rivière, débordant, entraînerait les bûches dans les prés. L’eau reviendrait peut-être, pas les bûches.

Quand Bouliche voit que quelques-unes se prennent au milieu de la rivière, il quitte ses sabots, relève sa culotte, entre dans l’eau et, avec son croc, les déprend. Sur le bord de la rivière, nous suivons le flot. Parfois, deux bûches sonnent, comme quelqu’un qui marche avec des sabots. En voici une, lourde, imbibée comme une éponge, qui s’en va lentement, levant à fleur d’eau un nez d’hippopotame. Ce n’est pas près qu’elle arrive à Clamecy ! Ce doit être une bûche de l’année dernière. Elle a passé l’hiver au fond de la rivière ; elle est remontée aujourd’hui seulement, saoule d’eau. »

(Journal, avril 1898)

> Une famille d’arbres <

C’est après avoir traversé une plaine brûlée de soleil que je les rencontre. Ils ne demeurent pas au bord de la route, à cause du bruit. Ils habitent les champs incultes, sur une source connue des oiseaux seuls.

De loin, ils semblent impénétrables. Dès que j’approche, leurs troncs se desserrent. Ils m’accueillent avec prudence. Je peux me reposer, me rafraîchir, mais je devine qu’ils m’observent et se défient.

Ils vivent en famille, les plus âgés au milieu et les petits, ceux dont les premières feuilles viennent de naître, un peu partout, sans jamais s’écarter.

Ils mettent longtemps à mourir, et ils gardent les morts debout jusqu’à la chute en poussière.
Ils se flattent de leurs longues branches, pour s’assurer qu’il sont tous là, comme les aveugles.
Ils gesticulent de colère si le vent s’essouffle à les déraciner. Mais entre eux aucune dispute. Ils ne murmurent que d’accord.

Je sens qu’ils doivent être ma vraie famille. J’oublierai vite l’autre. Ces arbres m’adopteront peu à peu, et pour le mériter j’apprends ce qu’il faut savoir :
Je sais déjà regarder les nuages qui passent .
Je sais aussi rester en place.
Et je sais presque me taire.

²